Des Oscars historiques

Publié le par David CASTEL

Cinéma


NICOLAS CROUSSE
vendredi 03 mars 2006, 02:00
imprimer cet article | envoyer cet article

Un cru hollywoodien tout à fait exceptionnel à déguster dimanche soir. Retour tonitruant du cinéma politique, dans l'ombre du 11 Septembre. Un phénomène auquel personne ne croyait.

Plus que jamais, la 78e soirée de remise des Oscars, qui se tiendra ce dimanche à Hollywood, s'annonce comme un cru exceptionnel. On ne parle pas tant ici de la qualité des films que de leur portée idéologique. Chacun des 5 films en lice pour la plus prestigieuse statuette (meilleur film de l'année) est porteur d'un contenu politique. Que ce soit de façon directe, comme Munich de Steven Spielberg et Good Night, and Good Luck de George Clooney. Ou de manière plus symbolique, comme Crash de Paul Haggis, Truman Capote de Bennet Miller ou le film de Ang Lee, Brokeback Mountain, grand favori de la soirée.

Le constat est encore plus troublant quand on réalise que des films comme Syriana, sans doute le plus radical de tous, The Constant Gardener (procès en règle des industries pharmaceutiques au tiers-monde) ou le féministe North Country, trois films très militants, sont eux aussi passés fort près d'une nomination.

Le point commun de tous ces films, qui renouent avec la grande vague politique des années soixante et septante ? Bien qu'issus d'Hollywood et soutenus par de grands studios, tous participent à l'exécution collective du grand cinéma de divertissement. Et tous sont là pour remettre en question, de façon radicale ou suggérée, le système social ou politique de leur pays. Car que nous disent-ils, les cinq réalisateurs des films élus par l'Académie ?

Ang Lee prétend n'avoir signé qu'une love-story universelle. Mais c'est ce qu'on appelle une précaution oratoire. Car son histoire de cow-boys gays est d'abord celle de l'intolérance américaine, qui contraint les deux amants maudits à s'aimer cachés de tous. A l'instar du réalisateur taiwanais, George Clooney jure ses grands dieux que son attaque du maccarthysme ne vise en rien l'administration Bush. Mais là aussi, personne n'est dupe... même si ce sont d'abord les médias, coupables de propager la propagande en démissionnant de leurs missions, qui sont dans la ligne de mire.

Bien que beaucoup plus ambigu et d'apparence fort angélique, le pacifiste Munich touche à un sujet sensible, pour ne pas dire explosif. Derrière la prise d'otage palestinienne de Munich et les représailles israéliennes, c'est toute la question du Proche-Orient que Steven Spielberg ambitionnait de poser. Ses réponses sont courtes, mais ont le mérite d'exister. Enfin avec Crash, c'est la question du drame racial, toujours très délicate au pays de l'Oncle Sam, que Paul Haggis pose.

Ce grand retour du cinéma politique, qui fait la joie des réalisateurs vétérans tels que Sidney Lumet ou Warren Beatty, est vraisemblablement le rejeton du traumatisme lié aux attentats du 11 septembre 2001. A l'instar de Michael Moore (Fahrenheit 9/11), les cinéastes pamphlétaires et documentaristes de la polémique se multiplient.

Impossible d'oublier Supersize Me (Morgan Spurlock), qui visait la malbouffe US, The Yes Men (Dan Ollman), qui attaque l'OMC, ou Enron : The Smartest Guys in The Room (Jeff Skoll), qui flingue la corruption des multinationales.

Et voilà maintenant que même le cinéma de divertissement entame la récupération du genre. V for Vendetta, tiré d'une BD culte de Alan Moore et David Lloyd, récupérée par les frères Wachowski au scénario, fait le portrait d'un vengeur masqué qui évoque autant Zorro ou Montecristo que... Oussama Ben Laden. Ne fait-il pas sauter le Parlement anglais avant de se faire exploser dans le métro londonien ?

Le phénomène de ce grand retour du cinéma politique est d'une puissance telle que ses secousses sismiques, enregistrées entre New York et Hollywood, se ressentent jusque dans le cinéma européen. Avec The Road to Guantánamo (Michael Winterbottom), Viva Zapatero (Sabina Guzzanti), Le caïman (Nanni Moretti) et Bye Bye Berlusconi (où le Cavaliere est kidnappé et jugé par un tribunal populaire) en Italie. Avec aussi le documentaire musclé d'un tandem tchèque (Le rêve tchèque, canular sur les futilités de la société de consommation). Avec encore le génial ovni antipropagandiste d'un jeune russe, Aleksey Fedortchenko (The First on The Moon, toujours pas distribué en Belgique). Ou avec le sujet politique mais, il est vrai, subliminal, du vieux Chabrol sur l'affaire Elf (L'ivresse du pouvoir). Et bientôt le prochain Jacques Audiard, encore sans titre, sur les banlieues françaises...


*

Les nominations dans les catégories principales des Oscars 2006

Voici les nominations aux Oscars dans les principales catégories:

Meilleur film: - "Le secret de Brokeback Mountain" - "Collision" - "Good night, and good luck" - "Munich" - "Truman Capote" Meilleur acteur: - Heath Ledger ("Le secret de Brokeback Mountain") - Philip Seymour Hoffman ("Truman Capote") - Joaquin Phoenix ("Walk the line") - David Strathairn ("Good night, and good luck"). - Terrence Howard ("Hustle and Flow")

Meilleure actrice: - Reese Witherspoon ("Walk the line") - Felicity Huffman ("Transamerica") - Keira Knightley ("Orgueil et préjugés") - Charlize Theron ("L'Affaire Josey Aimes") - Judi Dench ("Madame Henderson présente").

Meilleur réalisateur: - Ang Lee ("Le secret de Brokeback Mountain") - Steven Spielberg ("Munich") - George Clooney ("Good night, and good Luck"). - Bennett Miller ("Truman Capote") - Paul Haggis ("Collision")

Meilleur second rôle masculin: - George Clooney ("Syriana") - Jake Gyllenhaal ("Le secret de Brokeback mountain") - William Hurt ("A History of violence") - Matt Dillon ("Collision") - Paul Giamatti ("De l'ombre à la lumière")

Meilleur second rôle féminin: - Frances McDormand ("L'Affaire Josey Aimes") - Michelle Williams ("Le secret de Brokeback Mountain") - Rachel Weisz ("The Constant Gardener") - Amy Adams ("Junebug") - Catherine Keener ("Truman Capote")

Meilleur film étranger: - "Joyeux Noël" (France, Christian Carion) - "Paradise Now" (Palestine, Hany Abou Assad) - "Sophie Scholl - Les derniers jours" (Allemagne, Marc Rothemund) - "Don't tell" ("La bestia nel cuore", Italie, Cristina Comencini) - "Tsotsi" (Afrique du Sud, Gavin Hood)

Meilleur dessin animé: - "Le Château ambulant" - "Les Noces funèbres de Tim Burton" - "Wallace et Gromit et le mystère du lapin-garou"

Meilleur scénario original: - "Collision" - "Good night, and good luck" - "Syriana" - "Matchpoint" - "The Squid and the Whale" Meilleure adaptation: - "Le secret de Brokeback Mountain" - "Truman Capote" - "The Constant Gardener" - "A History of violence" - "Munich" Direction artistique: - "Good night, and good luck" - "Harry Potter et la coupe de feu" - "King Kong" - "Mémoires d'une geisha" - "Orgueil et préjugés"

Meilleur documentaire: - "La marche de l'empereur" - "Le cauchemar de Darwin" - "Enron, the smartest guys in the room" - "Murderball" - "Street fight"

(D'après AFP)

 

arch 04, 2006

Oscar Countdown: Best Director

The nominees:  Ang Lee, Brokeback Mountain; Bennett Miller, Capote; Paul Haggis, Crash; George Clooney, Good Night, And Good Luck and Steven Spielberg, Munich.

And it comes to this.

You look at past best director and generally all of them have one thing in common - they've paid serious dues.  How many nominations did it take for Spielberg to win for Schindler's List?  Yeah well, other than Spielberg, only one on this list has really paid his dues.

Miller?  He's still a relative unknown.  Oscar is saying to him:  nice effort, we'll see you again sometime if you make smart choices.  Ditto for Haggis.  Clooney?  He's gonna win in another category tomorrow night.  As for Spielberg, he's got two - three if you count his Thalberg Award.  He ain't getting another, at least not this year.

Is Brokeback Mountain a juggernaut?  We shall see, but Lee has received a directing nomination before for Crouching Tiger, Hidden DragonBBM feels like the right moment at the right time, one that's going to make a statement.  Whether it's a lasting one remains to be seen, just as it remains to be seen whether Lee will win the actor.

As for me, I found much more to take from Good Night or Munich.  But I don't have a vote.


Publié dans Oscars

Commenter cet article