L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE PRIE LES ÉTATS MEMBRES D’OBSERVER LA TRÊVE OLYMPIQUE PENDANT LES JEUX OLYMPIQUES D’HIVER

Publié le par David CASTEL

Vendredi 04 Novembre 2005

Elle élit également des membres du Comité du programme et de la coordination ainsi que du Conseil d’administration du PNUE

L’Assemblée générale a prié ce matin les États Membres d’observer la Trêve olympique pendant les Jeux olympiques d’hiver, qui se tiendront à Turin (Italie) du 10 au 26 février 2006, et pendant les Jeux paralympiques, prévus dans la même ville du 10 au 19 mars 20061, et ce, en garantissant que les athlètes puissent s’y rendre et y participer en toute sécurité.

L’Assemblée générale, qui a adopté trois autres résolutions, l’une sur l’Année internationale du sport2 et deux sur la culture de paix3, a également procédé à l’élection ou à la réélection de membres du Comité du programme et de la coordination (CPC) et du Conseil d’administration du programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), ainsi qu’à la nomination de membres du Comité des conférences.

Le sport comme moyen de promouvoir l’éducation, la santé, le développement et la paix, et l’avènement d’un monde meilleur et paisible par le sport et l’idéal olympique, constituaient les deux sujets de débat des États Membres, lesquels avaient examiné un rapport du Secrétaire général rendant compte des activités et initiatives menées et des réseaux constitués à l’échelon international, national et local pour célébrer l’Année internationale du sport et de l’éducation physique.

Le Président de l’Assemblée générale, Jan Eliasson (Suède), a, ouvrant le débat, invité les États Membres à se souvenir du message de l’ancienne tradition grecque de la Trêve olympique: encourager un environnement pacifique pendant les Jeux et garantir un voyage en toute sécurité des athlètes et des autres et mobiliser les jeunes du monde entier à prendre part à cette cause pour la paix. 

Le délégué de l’Italie, qui présentait le projet de résolution sur l’« édification d’un monde meilleur grâce au sport et à l’idéal olympique », s’est félicité que 190 États se soient portés coauteurs.  Le texte, a-t-il dit, fait directement référence à la Déclaration du Millénaire et témoigne de la coopération accrue entre le Comité international olympique (CIO) et les Nations Unies en matière de développement, d’éradication de la pauvreté, d’aide humanitaire, de promotion de la santé, de prévention du VIH/sida et de lutte contre le paludisme et la tuberculose et en matière d’éducation et de protection de l’environnement. 

Dans une deuxième résolution, présentée par la Tunisie, l’Assemblée générale a prié le Secrétaire général d’élaborer un plan d’action visant à développer et à renforcer les partenariats entre l’ONU et les gouvernements, les organisations sportives et le secteur privé, ainsi que la sensibilisation et la mobilisation sociale, surtout aux niveaux national, régional et international, en lançant des campagnes de communication judicieusement ciblées.

S’agissant de la question de la culture de paix, l’Assemblée a engagé les États à prendre toutes les mesures voulues pour combattre les actes de violence, d’intimidation et de coercition et l’incitation à de tels actes motivés par la haine et l’intolérance reposant sur la culture, la religion ou la conviction, qui peuvent semer la discorde et la mésentente au sein des sociétés et entre ces dernières.  Elle les a engagés également à prendre des mesures efficaces pour prévenir et éliminer la discrimination au motif de la religion ou de la conviction dans la reconnaissance, l’exercice et la jouissance des droits de l’homme et des libertés fondamentales dans tous les domaines de la vie civile, économique, politique, sociale et culturelle.  L’Assemblée a invité le Secrétaire général à continuer à porter la promotion du dialogue entre les civilisations et de la culture de la paix à l’attention de tous les gouvernements, de toutes les organisations régionales et de toutes les organisations internationales intéressées.

Par ailleurs, le Président de l’Assemblée générale a rappelé en début de séance que la deuxième phase du Sommet mondial sur l’information aurait lieu à Tunis, en Tunisie, du 16 au 18 novembre 2005.  Ce sommet, aussi bien dans sa phase qui a eu lieu à Genève, que dans celle de Tunis, sera une addition précieuse aux séries de conférences de haut niveau qui se sont tenues récemment au sein du système des Nations Unies sur des questions économiques et sociales, a-t-il déclaré.  M. Eliasson a encouragé les États Membres à participer au niveau le plus haut possible à ce Sommet, lequel, a-t-il dit, doit aboutir à un consensus permettant de progresser dans cette ère nouvelle de haute technologie avec des objectifs communs. 

Les représentants des pays suivants ont pris la parole ce matin: Italie, Tunisie, Suisse, États-Unis, Égypte, Chine, Canada, Israël, Fédération de Russie, Grèce, Chili, Qatar, Pakistan et Venezuela.

La prochaine séance plénière de l’Assemblée générale, qui sera consacrée à l’élection de cinq membres de la Cour internationale de Justice, aura lieu lundi, à 10 heures.
 
M. DAN GILLERMAN (Israël) a déclaré que dans de nombreux cas la compétition athlétique était un moyen pour renforcer les relations et établir des ponts, comme en témoigne la contribution du Qatar pour la construction récente d’un stade de football dans la ville israélienne de Sakhim, avec la mise en place d’une équipe composée d’Arabes et de Juifs israéliens. Malheureusement dans certains cas, la compétition athlétique est utilisée comme un instrument de politisation et d’exacerbation des sentiments nationalistes et cupides, a-t-il regretté faisant référence aux Jeux olympiques d’Athènes où un judoka iranien avait refusé d’entrer en compétition avec un sportif israélien en échange, selon lui, d’une somme de 115 000 dollars payés par le Gouvernement d’Iran. 

L’intervenant a également déploré les manifestations de racisme, d’antisémitisme et de toutes les autres formes d’intolérance dans le sport, en particulier dans le football.  Il a souhaité à cet égard qu’une référence à ce phénomène troublant soit intégrée, durant la présente session de l’Assemblée, dans la résolution de la Troisième Commission sur l’élimination du racisme, de la discrimination raciale, de la xénophobie et l’intolérance.  M. Gillerman a terminé son intervention en soulignant que l’idéal olympique ne pouvait être séparé de la mémoire des Israéliens et des peuples du monde entier, souhaitant que le Comité international olympique (CIO) prenne une décision à la mémoire des 11 sportifs israéliens tués à la suite d’un attentat terroriste durant les Jeux olympiques de Munich, en 1972.

Publié dans Jeux Olympiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article