La génération des increvables

Publié le par David CASTEL


09/02/2006
Imprimer E-mail 

Dans beaucoup de sports, on assiste à l'émergence de compétitions (masters) réservées aux quadra ou aux quinquagénaires. Ceux-ci se situent généralement assez loin de leurs performances passées. Pas en natation ! Un événement curieux est survenu au cours de l'année 1981 lorsque deux anciens champions de natation ont recommencé à faire parler d'eux : l'Américain Lance Larson et l'Australien Murray Rose. Le premier avait remporté l'or olympique sur le 4x100m et l'argent sur le 100 mètres nage libre, le second détenait quatre titres (deux fois sur 400m, une fois sur 1500m et une fois au 4x200m). Mais ces distinctions remontaient aux Jeux de Melbourne (1956) et de Rome (1960). Bref, de l'histoire ancienne. Or, vingt ans plus tard, tous deux décidaient de reprendre sérieusement l'entraînement et parvenaient même, après une période de rodage, à approcher leurs records de jeunesse, voire à les battre!

Ainsi parlait le docteur Counsilman
Cette nouvelle ne manqua pas de surprendre les spécialistes en physiologie de l'effort. Mais pas le légendaire entraîneur américain, James Doc Counsilman. "Bientôt, on verra des quinquagénaires descendre sous les 4 minutes au 400 mètres nage libre", prophétisait-il, "... car, contrairement à la course à pied, qui est une activité naturelle, la natation est le fruit d'un apprentissage qui se poursuit tout au long de la vie."

Une fringante mamy
L'actualité récente semble encore lui donner raison. Tous les amoureux de la natation se souviennent de Shane Gould. Cette Australienne avait été l'héroïne des Jeux de Munich en 1972: trois médailles d'or, une d'argent et une de bronze. A l'époque, elle détenait plusieurs records mondiaux en nage libre, du 100 au 1500 mètres. Ensuite, lassée d'une telle suprématie et des efforts consentis pour y arriver, elle a choisi de prendre sa retraite à l'âge de 17 ans seulement et de s'effacer littéralement du monde sportif pour aller rejoindre une communauté hippie. Elle consacre alors les 25 années suivantes à éduquer ses quatre enfants. Puis, inspirée par le romantisme que dégage la nage du Russe Alexandre Popov -c'est elle qui l'affirme- elle décide de reprendre le chemin de la piscine. Au début, elle se contente de nager une heure par jour sans trop se soucier de performances. Mais très vite, elle retrouve des sensations et participe à des petites compétitions. Shane Gould signe alors des chronos dignes de l'élite et se qualifie même pour les épreuves de sélection olympique australienne pour les Jeux d'Athènes en 2004. "C'est drôle", dit-elle, "j'ai aujourd'hui 47 ans et la dernière fois que j'ai participé à une compétition aussi importante, c'était en 1973". Bientôt grand-mère, elle met alors un point d'honneur à bien figurer devant la jeune génération. Certes, elle échoue à décrocher sa qualification. Loin d'en être affectée, elle paraît presque soulagée: "Je ne suis pas venue pour gagner, mais pour encourager les gens à pratiquer une activité physique. Cela me réconforte de savoir que certaines personnes verront ma présence comme une incitation à ne pas abandonner trop vite toute prétention de performance." Peut-on rêver de plus belle démonstration? Tout le sport francophone sur www.infosport.be

Publié dans Jeux Olympiques

Commenter cet article