Denis Oswald: "Turin sera prêt!"

Publié le par David CASTEL


06.02.2006 18:04 - mise à jour: 19:35
Envoyer à un ami   Version imprimable  
 
 
Torino 2006 sera prêt selon Denis Oswald
Torino 2006 sera prêt selon Denis Oswald swi
 
 

Cinquante ans après Cortina d'Ampezzo, les JO d'hiver reviennent en Italie, à Turin. Quelque 3500 athlètes répartis dans 15 disciplines et 650 officiels vont vivre cette nouvelle aventure olympique du 11 au 26 février.

A quelques jours de l'ouverture, Denis Oswald, membre du comité exécutif du CIO, président de la commission de coordination des JO d'Athènes 2004 et de ceux de Londres en 2012, livre ses impressions.

 
Sur ce sujet:

Turin 2006 a connu des problèmes financiers et des retards dans les travaux. Tout est-il prêt pour vendredi?
DENIS OSWALD: tout sera prêt, même si cela s'est fait un peu à la dernière minute. Les Italiens nous prouveront encore une fois leurs capacités dans l'improvisation. A Athènes aussi, les Grecs avaient travaillé 24h sur 24 dans les derniers mois. Evidemment, le CIO préférerait que les infrastructures soient prêtes plus tôt afin d'effectuer les tests nécessaires. En 2004, les tests avaient pu être faits in extremis et les corrections étaient minimes.

Les villes manquent-elles de temps pour mettre sur pied leurs JO? Ou l'organisation de Jeux est-elle devenue trop complexe?
DENIS OSWALD: la tâche est certes très lourde et nous cherchons à la simplifier. Mais elle ne me semble pas insurmontable en 7 ans. A condition bien sûr que les organisateurs se mettent au travail immédiatement. A Turin, ils ont commencé plutôt lentement. Il y a eu aussi des problèmes au sein du comité d'organisation et des changements dans les postes à responsabilités. A cela est venu s'ajouter un manque de soutien politique et économique.

La sécurité devient de plus en plus importante aux JO. A Turin, il y aura 15'000 agents de sécurité pour 2'500 athlètes!
DENIS OSWALD: la sécurité était déjà une priorité lors des JO de Munich en 1972. Et il est vrai qu'il faut chaque fois faire davantage dans ce domaine. En raison de leur portée médiatique notamment, les Jeux sont devenus un objectif idéal pour des terroristes. Evidemment, tout l'argent investi dans la sécurité pourrait être injecté ailleurs. Mais sans de telles mesures, impossible d'organiser des Jeux.

La lutte contre le dopage est aussi en mains de la justice italienne. Verrons-nous aussi la police faire des descentes dans les chambres des athlètes comme lors du Giro?
DENIS OSWALD: difficile à dire, mais je ne pense pas. La "résistance" italienne actuelle à l'application des normes du CIO a sans doute des explications électorales. En réalité, depuis que Turin a été désignée ville organisatrice, les autorités se sont engagées, par écrit, à respecter les règles sportives inter nationales. Un engagement qui devra donc être respecté durant les JO.

Pour terminer, un pronostic. Combien de médailles gagnera la Suisse ?
DENIS OSWALD: Nous avons de réelles chances, par exemple en snowboard, et aussi en ski alpin, où nous nous sommes améliorés par rapport à l'année dernière. Et il y a aussi Lambiel... Entre 5 à 7 médailles, cela serait déjà bien.

Serez-vous présent à Turin ?
DENIS OSWALD: je serai à Turin pour des raisons professionnelles, mais je tenterai d'aller voir certaines épreuves.

Stefano Pongan/mp

Publié dans Jeux Olympiques

Commenter cet article