Rendez-vous avec X

Publié le par David CASTEL

:L'instant bleu
 
Par Patrick Pesnot
Le samedi de 13h20 à 14h00

 
 
LA LISTE DE GOLDA (1)

« Un récit conté par un idiot, plein de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien ! » Comment ne pas penser à Shakespeare quand on prend connaissance, jour après jour, des nouvelles du Proche-Orient… Les attentats succèdent aux destructions de maisons, les raids répondent aux embuscades, et chaque jour apporte son lot de morts… Israéliens et Palestiniens semblent emportés dans une spirale folle qui repousse toujours plus loin l’espoir de paix suscité par les Accords d’Oslo.
Nous avons déjà abordé plusieurs fois cette douloureuse question avec Monsieur X. Mais à l’heure où le spectre du terrorisme paraît menacer la planète entière, mon interlocuteur a voulu revenir sur une date-clef de l’histoire du terrorisme, la prise d’otages qui a ensanglanté les Jeux Olympiques de Munich en 1972. Pourquoi ? Parce que les circonstances au cours desquelles 11 otages israéliens, 5 terroristes palestiniens et 1 policier allemand ont trouvé la mort ne sont toujours pas vraiment éclaircies. Mais aussi parce que cette affaire est à l’origine d’une fantastique chasse à l’homme qui s’est peut-être terminée chez nous, à Paris, en 1992, par l’assassinat d’un important dirigeant palestinien, Atef Bseisso. Vingt ans après, Israël vengeait donc encore ses athlètes massacrés à Munich. Apparemment en tout cas. Mais n’allons pas trop vite, comme aime à le dire Monsieur X…

 
 
Programmation musicale

Quante Jubila : Max
Pioneer

Keren Ann : Au coin du monde
EMI (2002)

BECK : Lost cause
Polydor (2002)

Livres

Gordon Thomas Les ombres du Mossad
Presses de la Cité (1999)

Abou Daoud et Gilles de Jonchay Palestine, de Jérusalem à Munich
Anne Carrière (1999)

Uri Dan Opération Vengeance
Presses de la Cité (1996)

Christophe Boltansky et Jihan El-Tahri Les sept vies d'Arafat
Grasset (1997)

:L'instant bleu
 
Par Patrick Pesnot
Le samedi de 13h20 à 14h00

 
 
LA LISTE DE GOLDA (2)

Il est minuit et demi. Une automobile ralentit, s’arrête le long du trottoir, devant un grand hôtel. Un homme, assis à l’arrière, sort de la voiture, remercie encore une fois les amis libanais qui l’ont reconduit à son hôtel. La portière claque. Deux silhouettes sortent de l’ombre, bondissent. L’une plaque l’homme contre la carrosserie tandis que l’autre brandit une arme munie d’un silencieux. Trois coups de feu étouffés. C’est fini. L’homme s’écroule. Déjà, les deux tueurs s’enfuient. Ils menacent de leurs armes des passants intrigués et disparaissent dans la nuit. Ces professionnels, pour ne laisser aucun indice, ont pris soin d’entourer leur pistolet d’un sac plastique afin de récupérer les douilles.
Cette scène s’est passée le 8 juin 1992, en plein Paris, devant l’hôtel Méridien-Montparnasse. L’homme assassiné s’appelait Aatef Bseisso. C’était un important responsable palestinien. Peu de temps après, un général, membre des services de renseignement de l’Etat hébreu, a affirmé que Bseisso était l’un des planificateurs de la prise d’otages de Munich au cours de laquelle onze athlètes israéliens avaient trouvé la mort. Le Palestinien semblait donc être la dernière victime de ce qu’on a appelé la liste de Golda… Une liste établie en 1972 à l’initiative du Premier ministre israélien de l’époque, Golda Meir. C’est à dire le recensement de tous ceux qui avaient participé à la préparation et à l’exécution de la prise d’otages revendiquée par « Septembre noir ». Des hommes qui ont été traqués dans le monde entier et qui ont été abattus les uns après les autres par une cellule secrète du Mossad. Mais tous étaient-ils responsables ? Et cette vengeance systématique n’a-t-elle pas dissimulé d’autres objectifs moins avouables ? C’est l’une des questions que se propose d’examiner Monsieur X.
La semaine passée, déjà, mon interlocuteur avait mis en évidence un des mystères de cette affaire : la lumière sur le massacre de Munich n’a jamais été faite. Et on ne sait toujours pas comment les athlètes ont été tués puisque les rapports d’autopsie n’ont pas été publiés… Mais, d’après Monsieur X, Allemands, Israéliens et Palestiniens avaient, pour des raisons différentes, la même volonté de taire la vérité. Les Allemands, parce que ce sont peut-être des balles de leurs policiers qui ont tué les athlètes. Les Israéliens parce que ce massacre a permis de dégrader encore un peu plus l’image des organisations palestiniennes. Et les Palestiniens enfin parce que, du propre aveu du cerveau de l’opération, Abou Daoud, cette spectaculaire prise d’otages a galvanisé des troupes démoralisées.
Dans un instant donc, la suite, c’est à dire l’histoire de la liste de Golda…

 
 
Programmation musicale

Jérôme Minière : La vengeance
Lithium

Beth Gibbons : Tom the model
album: Out of season
Go Beat (2002)

Stefano Mainetti : The shooter (film) : Prague
Image Music (1996)

Livres

Génovefa Etienne et Claude Moniquet Histoire de l'espionnage mondial (tome 2)
Editions du Félin (2001)

Abou Daoud et Gilles de Jonchay Palestine, de Jérusalem à Munich
Anne Carrière (1999)

Uri Dan Opération Vengeance
Presses de la Cité (1996)


 

 


Publié dans Autres docs sur sujet

Commenter cet article