Le «cerveau» persiste

Publié le par David CASTEL

ÉPINGLÉ


(AFP)

Mis en ligne le 24/01/2006
- - - - - - - - - - - 

Le Palestinien Abou Daoud, cerveau de la prise d'otages qui se termina par un bain de sang aux Jeux olympiques de Munich, en 1972, affirme qu'il «ne regrette rien», dans une interview publiée par «Le Journal du Dimanche».

Interrogé à Damas, Abou Daoud, 74 ans, déclare regretter «la mort des victimes, des otages et de nos «jeunes». Mais ils sont morts, dit-il, à cause de l'intransigeance de Golda Meir (Premier ministre à l'époque, NdlR) et de la panique des Allemands». «Moi, j'étais un combattant palestinien, de Beyrouth au Golan et de Ramallah à Munich, et, oui, effectivement, je ne regrette rien», affirme-t-il. Pour lui, l'opération a été un succès: «Avec Munich et la caisse de résonance des Jeux, 500 millions de foyers se sont retrouvés à l'heure palestinienne.»

Abou Daoud précise qu'il n'a pas vu le film «Munich». «Apparemment, il est réaliste, dit-il. Ce que je reproche à Spielberg, c'est qu'il aurait pu interroger les Palestiniens pour avoir une vision plus globale. Néanmoins, Spielberg semble avoir une vision «humaine» des victimes palestiniennes de ce commando. Pour cela, je le remercie», ajoute Abou Daoud.

Il affirme que le commando israélien, chargé d'éliminer les auteurs de la prise d'otages, a tué des gens qui n'avaient «rien à voir» avec l'opération, dont Wael Zwaiter, «un homme de culture et un philosophe», assassiné à Rome. Abou Daoud précise enfin que l'opération a coûté «moins de 5000 dollars! Auxquels il faut ajouter les billets d'avion des jeunes pour venir en Allemagne. J'ai réglé les hôtels et divers frais sur place, il restait même quelques centaines de dollars, que j'ai rendus à la trésorerie du Fatah».

© La Libre Belgique 2006

- - - - - - - - - - - 
Retour

Publié dans septembrenoir

Commenter cet article