Abou Daoud s'en prend au film de Spielberg sur les JO de Munich

Publié le par David CASTEL

6 septembre 2005 17:51

 

 

GAZA - Abou Daoud, le cerveau de la prise d'otages des JO de Munich en 1972 qui a coûté la vie à onze athlètes israéliens, s'en prend à Steven Spielberg. Il reproche au réalisateur de ne pas l'avoir consulté à propos de son nouveau film intitulé "Munich".

A l'instar d'anciens du Mossad, le service de renseignement israélien, le Palestinien conteste les "sources" auxquelles le cinéaste américain s'est référé pour réaliser son film. Sa sortie est prévue le 23 décembre aux Etats-Unis et raconte le massacre des sportifs israéliens et le cycle de représailles qu'il a engendrées.

"Je ne sais rien de ce film. Mais s'il voulait vraiment raconter la vérité sur ces événements, alors il aurait dû parler aux personnes directement impliquées, à ceux qui savent le dessous des choses", a critiqué Abou Daoud. "S'il m'avait contacté, je lui aurais dit toute la vérité", a-t-il confié à Reuters.

En tant que cerveau de Septembre Noir, un groupe dissident de l'Organisation de la libération de la Palestine (OLP), Abou Daoud avait dépêché en Bavière un commando. Objectif, enlever les athlètes israéliens au village olympique.

L'affaire avait tourné au bain de sang, une fusillade ayant éclaté avec la police allemande au moment du départ du commando et des otages sur un aérodrome militaire des environs de Munich. Pour l'activiste palestinien, ces morts sont à mettre au compte des autorités israéliennes et allemandes.

Abou Daoud a échappé à des tueurs en 1981 en Pologne lors d'une attaque attribuée par l'OLP au Mossad. Selon lui, les Israéliens s'en sont pris à des responsables palestiniens innocents. "Si le film ne fait pas ressortir ce fait, alors ce serait une injustice aux yeux de la Vérité et de l'Histoire", a-t-il ajouté.

Spielberg a juré que "Munich" respectera les sensibilités". "Montrer la riposte israélienne à travers le regard des hommes qui ont été envoyés pour venger ce drame ajoute une dimension humaine à un épisode affreux que nous abordons généralement du seul point de vue politique ou militaire", a dit le réalisateur dans un communiqué.

Publié dans septembrenoir

Commenter cet article