MUNICH: l'affiche définitive apporte des réponses

Publié le par David CASTEL

Dimanche 06 Novembre 2005


Très peu différente de l'affiche sortie la semaine dernière (avant d'être retirée par le studio, indiquant qu'il ne s'agissait pas d'une version achevée), cette affiche finale de Munich apporte quelques éléments de réponses aux questions de ceux qui attendaient le plus le nouveau film de Steven Spielberg.

Le principal ajout de ce one-sheet réside dans son slogan qui se présente plutôt sous la forme d'un pitch. "Le monde assistait en 1972 au meurtre de 11 athlètes israëliens lors des Jeux Olympiques de Munich. Ceci est l'histoire de ce qui se passa ensuite.". Depuis l'annonce cryptique du projet, en passant par un synopsis bref stipulant que le film s'intéressait à l'après-coup des évènements de 1972, on ne savait pas exactement quel point chronologique serait au centre du métrage. L'attentat allait-il être montré et à quel moment du film? Serait-ce une introduction sous forme de résumé? De voix off? D'images d'archives? Etc.

On savait également que l'une des sources d'inspiration du film était l'ouvrage littéraire Vengeance de George Jonas. Les crédits au bas de l'affiche révèlent que le livre est non seulement une source d'inspiration mais carrément à la base du scénario. Selon ces mêmes crédits, celui-ci est signé de la seule main de Tony Kushner (dramaturge récompensé pour sa pièce Angels in America adaptée en mini-série télévisée couronnée par Mike Nichols) initialement appelé afin de retoucher un manuscrit d'Eric Roth (Forrest Gump, Révélations). On sait que Charles Randolph (ex-professeur de philosophie, scénariste de La Vie de David Gale et L'Interprète) a également travaillé sur le scénario de Munich à un moment donné. Mais Hollywood et la WGA (Writers' Guild Association) ont l'habitude d'attribuer la paternité d'un scénario à une seule personne et non à tous ceux ayant participé.

On se souvient que Kushner avait été appelé afin d'insuffler plus d'humanité à un script jugé trop froid. Cependant, l'articulation du scénario n'a pas été le seul problème du film. Depuis quelques temps, les rumeurs vont bon train concernant la difficulté qu'aurait Spielberg à articuler le montage de son film. La mention "Prochainement" en lieu et place de la date de sortie du film (pourtant déjà arrêtée) sur la précédente affiche avait notamment alimenté ces rumeurs. Dès lors, certains allaient jusqu'à suggérer que le film ne serait pas prêt à temps, non seulement pour la date limite (début décembre) d'entrée en compétition à diverses cérémonies de récompenses (moults prix de la critique en particulier), mais également pour sa sortie en salles aux Etats-Unis le 23 décembre. Cette date rassurante figure à présent sur l'affiche de Munich.

On peut d'ores et déjà lire ça et là que dans la précipitation, Spielberg risque de ne pas livrer la meilleure version possible de son film. On en doute. Un homme assis dans l'obscurité, la tête baissée, une arme à la main, le contexte rappelé dans son slogan, et un titre finalement très adéquat. Avec son affiche sobre, qui n'est pas sans rappeller celle de La Couleur pourpre, Munich s'annonce comme un nouveau chef-d'oeuvre de la part de son auteur.



Publié dans Promo du film

Commenter cet article