La polémique "Munich"

Publié le par David CASTEL



LE MONDE | 24.12.05 | 13h48  •  Mis à jour le 24.12.05 | 13h48
LOS ANGELES CORRESPONDANTE
A 9 heures par e-mail, recevez les titres du journal à paraître l'après-midi.
Abonnez-vous au Monde.fr : 6€ par mois + 30 jours offerts
Augmentez la taille du texte
Diminuez la taille du texte
Imprimez cet article
Envoyez cet article par e-mail
Recommandez cet article
Classez cet article
Réagissez à cet article
Le nouveau film de Steven Spielberg, Munich, sur les écrans américains depuis le 23 décembre, a déclenché des controverses bien avant sa sortie. Parce que le sujet est explosif : la prise d'otages israéliens par des Palestiniens aux Jeux olympiques de Munich en 1972 et surtout la poursuite et l'élimination des terroristes du groupe Septembre noir par les agents du Mossad.

Le film, distribué par Universal, a été tourné dans le plus grand secret (à Malte, à New York, en Hongrie et en France).

Steven Spielberg a esquivé le parcours obligé des entretiens, à l'exception du magazine Time. Ni les acteurs ni les scénaristes, Tony Kushner (l'auteur de Angels in America) et Eric Roth, n'ont parlé à la presse. "Steven Spielberg veut éviter que le public se fasse une opinion avant d'avoir vu le film", explique Marvin Lévy, responsable de la communication du réalisateur, qui se réserve le droit de changer d'avis quand il aura jaugé la réception de son film – et de faire campagne en vue des Oscars auxquels Munich est éligible.

Mais les critiques ont fusé : Abou Daoud, le terroriste palestinien qui a planifié l'attaque, ainsi que plusieurs agents du Mossad (Israël), ont reproché au réalisateur de ne pas les avoir consultés. D'aucuns craignent que le réalisateur juif le plus connu d'Hollywood ne présente une vision partielle et partiale des événements, ravivant le conflit plus qu'il ne l'explique. Dans le New York Times, David Brooks parle de "fausses généralisations", tandis que Leon Wieseltier, du magazine New Republic, objecte : "Il y a deux types d'Israéliens dans Munich : les Israéliens cruels avec remords et les Israéliens cruels sans remords."

Le réalisateur s'est entouré de consultants, de l'ancien porte-parole de Bill Clinton à la Maison Blanche, Mike McCurry, et d'un ancien envoyé présidentiel au Moyen-Orient, Dennis Ross, chargés d'ouvrir le dialogue avec les communautés et les personnes impliquées dans cette tragédie. Le film, qui doit sortir le 26 janvier en Israël (le 25 en France), a été projeté en avant-première à deux des veuves des onze athlètes israéliens. Elles estiment que "le film respecte les athlètes".

Claudine Mulard
Article paru dans l'édition du 25.12.05

Agrandir l'image

Photo fournie par Universal

Publié dans Promo du film

Commenter cet article