Le cinéma en salle perd de la popularité aux États-Unis et en France

Publié le par David CASTEL



Presse Canadienne | Le 27 décembre 2005 - 14:40

La télévision, le DVD, le piratage sur Internet: l'année 2005 a été marquée par une baisse sensible du nombre des spectateurs dans les salles de cinéma, tant en France qu'aux États-Unis.

Dans les salles françaises, la baisse de la fréquentation devrait se situer entre 10 et 15 pour cent par rapport à l'an dernier, année record il est vrai: en 2004, près de 195 millions de spectateurs étaient allés dans les salles obscures, meilleur résultat depuis 21 ans. On sera loin du compte en 2005.

Aux États-Unis, même phénomène de baisse de l'industrie du septième art: pour la première fois depuis 2001 les recettes annuelles du box-office devraient être inférieures à 9 milliards $ (contre 9,3 milliards $ en moyenne depuis trois ans), et le nombre des entrées devrait se situer aux alentours de 1,4 milliard, score le plus bas depuis 1997.

Outre la concurrence du DVD et d'Internet, toujours en plein essor, le manque de locomotives a sans doute été l'une des raisons de la relative désaffection des spectateurs: pas de Choristes ou de Seigneur des Anneaux cette année pour tirer les chiffres vers le haut, les champions des recettes (Star Wars - Episode III, le quatrième Harry Potter et, côté français, le phénomène Brice de Nice') étant moins solides que ceux des années précédentes.

On a pourtant vu de belles choses sur les écrans en 2005: tant côté américain (Charlie et la chocolaterie, La guerre des mondes, Aviator, Match Point, Broken Flowers, Sideways, Madagascar, Wallace et Gromit et, en fin d'année, King Kong') que dans le cinéma français (De battre mon coeur s'est arrêté, La marche de l'Empereur, Caché, Les poupées russes, Joyeux Noël ou Papa et Je ne suis pas là pour être aimé, deux jolis films intimistes hélas un peu ignorés du public).

À Cannes, les frères Dardenne ont obtenu leur deuxième Palme d'or avec L'enfant, tandis qu'aux Oscars Clint Eastwood et son superbe Million Dollar Baby ont battu Aviator de Martin Scorsese. Plus surprenante a été la victoire de L'Esquive aux César (quatre récompenses, dont meilleur film), le film d'Abdellatif Kechiche faisant oublier les cinq statuettes du Long dimanche de fiançailles de Jean-Pierre Jeunet.

L'année 2005 aura vu la notoriété de deux acteurs et d'une actrice véritablement décoller au sein du cinéma français: Jean Dujardin (Brice de Nice, L'amour au trousses, Il ne faut jurer de rien'), Clovis Cornillac (Brice de Nice, Au suivant!, Les chevaliers du ciel, Le cactus') et Marion Cotillard (Innocence, Cavalcade, Ma vie en l'air, La boîte noire, Edy'). A l'étranger, la vedette qui monte est Scarlett Johansson, remarquée dans Match Point et The Island, et qu'on verra en 2006 dans Le Dahlia Noir').

L'avenir du cinéma s'est aussi joué dans les coulisses, avec notamment en fin d'année le rachat de DreamWorks par Paramount et, en France, le contrôle pris par Canal+ sur TPS ainsi que l'accord télévision/cinéma sur la vidéo à la demande (33 semaines après la sortie d'un film en salles). Mais l'année s'est terminée sur un accroc à l'Assemblée nationale, députés et gouvernement n'étant pas d'accord sur la réglementation du téléchargement (musique, cinéma) sur Internet.

2005 a aussi eu son lot de grands disparus (Jacques Villeret, Suzanne Flon, Jacques Dufilho, Anne Bancroft, Richard Pryor, Robert Wise) et de potins sur la vie des stars (c'est pour Angelina Jolie que Brad Pitt a quitté Jennifer Aniston, et Tom Cruise a trouvé en Katie Holmes une remplaçante à Nicole Kidman; mais Ludivine Sagnier et Nicolas Duvauchelle ont eu un bébé en mars, et les rumeurs de rupture ont été démenties chez les couples Charlotte Gainsbourg/Yvan Attal et Monica Bellucci/Vincent Cassel).

Et puisque 2005 fut un peu morose, ça ira mieux en 2006: on attend déjà avec impatience, entre autres, Les Bronzés-3: amis pour la vie de Patrice Leconte, Munich de Steven Spielberg, Incontrôlable avec Michaël Youn, La doublure de Francis Veber, Jacquou le Croquant avec Gaspard Ulliel, OSS 117 avec Jean Dujardin, Casino Royale le nouveau James Bond, la suite de Pirates des Caraïbes, X-Men-3, Mission: Impossible-3, Basic Instinct-2, L'âge de glace-2, et bien sûr... Da Vinci Code, avec Audrey Tautou et Tom Hanks, le 17 mai.

Publié dans Box Office

Commenter cet article