Avec Munich, Spielberg n'a pas plongé en profondeur aux sources des problèmes du Moyen-Orient

Publié le par David CASTEL

Manchettes Dossiers Art et plaisir Le Devoir Accueil Le Devoir.com

Accueil / Dossiers / Cinéma / Cinéma - Film engagé ou superficiel?




Odile Tremblay
Édition du mercredi 28 décembre 2005

Titre VO : Munich

Description : Réalisation: Steven Spielberg. Scénario: Tony Kushner, d'après l'ouvrage de George Jonas. Avec Eric Bana, Daniel Craig, Ciaran Hinds, Mathieu Kassovitz, Hanns Zischier, Geoffrey Rush, Mathieu Almaric, Michael Lonsdale. Moritz Bleibtreu, Marie-Josée Croze, Yvan Attal, Valeria Bruni Tedeschi. Image: Janusz Kaminski. Musique: John Williams.

Steven Spielberg s'est lancé à quelques reprises au cours de son imposante carrière dans les films à caractère grave sur des sujets historico-politiques. Le fait que le cinéaste de Jurassic Park et de La Guerre des mondes soit aussi celui de Saving Private Ryan, de Schindler's List et d'Amistad n'est que le signe d'une oeuvre à deux registres, le second, plus sérieux, lui tenant davantage à coeur. Avec son dernier opus, Munich, brillamment réalisé et flanqué d'un gros budget de 70 millions $US, il aborde dans cette veine politique un sujet d'autant plus épineux que le conflit israélo-palestinien dont il traite est toujours d'actualité et le sera sans doute fort longtemps.

Publié dans Critiques USA

Commenter cet article